Accueil
 

Christopher Baldelli : l’homme de RTL chez les Femmes de com’

16 février 2011
Christopher Baldelli

Christopher Baldelli (©FDC/JP.Pariente)

Guest star de la 9ème réunion FDC, le 8 février 2011, Christopher Baldelli, Président du directoire de RTL s’est présenté aux Femmes de com’ en toute simplicité : un grand patron en costard cravate, mais avec un bras en écharpe.

On en apprend de belles sur Christopher Baldelli …
Une naissance provinciale, des études brillantissimes (hypokhâgne et khâgne à Henri IV, Normale Sup et Sciences Po), un début de carrière dans la fonction publique (administrateur en charge de la presse écrite et audiovisuelle auprès de la commission des finances du Sénat), passage par trois cabinets ministériels (Sarkozy au budget, Douste-Blazy à la culture et Juppé à Matignon) avant de se lancer dans « la vraie vie » (c’est Femmes de com’ qui ironise), autrement dit le secteur privé, guidé non par l’appât du gain mais par le virus des médias, contracté au Sénat.
Du groupe Lagardère où il dirige successivement le secteur PQR (presse quotidienne régionale) de Hachette Filipacchi puis le quotidien La Provence, à France 2, qu’il pilote pendant 7 ans, Christopher Baldelli laisse partout le souvenir d’un homme sérieux mais pas austère, efficace mais humain, posé mais exigeant, pragmatique mais ambitieux et surtout compétent.
Eloigné de France 2 à l’arrivée de Patrick de Carolis, homme de réseaux préférant la confiance aux compétences, Christopher Baldelli entre au groupe M6 dont il régit assez rapidement les chaines thématiques, en même temps qu’il devient PDG de Paris Première. Trois ans plus tard, il est nommé Président du directoire de RTL radios en France.

… mais c’est pas lui qui le dit
De toute cette réussite fulgurante, Christopher Baldelli n’a quasiment rien dit aux Femmes de com’. Tout au plus a-t-il évoqué son passage à la télévision, pour en tirer des conclusions assez originales sur les caractéristiques des différents médias. Seul homme au milieu d’une soixantaine de professionnelles de haut niveau, il a la grâce de ne pas jouer de sa séduction. Il est là pour présenter un point de vue éclairant sur un média vu de l’intérieur et s’il parle avec passion, c’est du dernier de ses bébés, un grand modèle, adopté à l’âge de 78 ans (le bébé, pas Baldelli).
« Le monde de la radio », s’excuse-t-il d’emblée, « est très masculin. Lorsque j’étais à France 2, le conseil d’administration était beaucoup plus féminin. »
Alors il compense, cherchant à rassembler une audience aussi large et aussi diverse que possible. Il se félicite d’avoir « presque atteint la parité : les auditeurs de RTL sont à peine plus nombreux que les auditrices, et ils appartiennent à toutes les classes sociales. Même les CSP+. » CSP+, c’est-à-dire groupes sociaux professionnels supérieurs, ceux qu’on aurait imaginé allergiques aux Grosses têtes.

La voix ne trompe pas
La radio est un média tout à fait particulier avec lequel les auditeurs ont un rapport personnel, très différent de celui qu’ils entretiennent avec la télévision. Chaque personne a « sa » ou « ses » stations préférées, alors que personne ne revendiquerait de ne regarder que telle et telle chaine de télévision. Tout au plus est-on fidèle à une émission. L’analyse de Baldelli tient la route : la télé se regarde collectivement, d’où un choix de programme qui procède de la négociation et du consensus. La radio, à l’inverse, s’écoute plutôt en solitaire (40% de l’écoute se fait en voiture), avec un choix de programme individuel, ce qui explique la fidélité, voire le militantisme des auditeurs. A preuve les courriers : « Une immense majorité des lettres que recevait France 2 relatait l’indignation, le mécontentement, la colère des téléspectateurs et le ton était polémique de la première à la dernière ligne. A RTL, 80% du courrier commence par une déclaration de fidélité avant de passer au sujet principal qui, tout aussi souvent que pour la télévision, est une protestation. »
Pour autant, la radio n’est pas « plus facile » à faire que la télévision. Ce n’est pas la télé sans l’image, c’est un média à part entière, très exigeant de surcroît : quand il y a un silence à la télévision, l’animateur peut le meubler d’un geste, d’une mimique. A la radio, il n’y a pas d’échappatoire. Le silence, s’il est accidentel, met mal à l’aise aussi bien l’animateur que l’auditeur. Et la voix ne trompe pas. C’est un média qui exige un professionnalisme de chaque instant.

RTL, leader qui se porte bien d’un média qui se porte bien
Quand on a proposé à Christopher Baldelli la direction de RTL, de bonnes âmes n’ont pas manqué de lui déconseiller d’accepter : sur un média qui est déjà leader, on ne peut que faire moins bien que ses prédécesseurs, alors à quoi bon ? Il a accepté quand même, il aime les challenges. Bien lui en a pris : « Un leader qui continue à progresser, dans le contexte actuel des médias, c’est rare, mais c’est notre cas ». Il est content de lui, et il a de quoi. Sûr de lui, aussi, mais pas dominateur. « Les ego sont particulièrement enflés dans le monde des médias », observe-t-il. « La plupart des décisions sont prises pour mettre en valeur le décideur et non pour le bénéfice qu’en tirera le média ». Quand il est arrivé sur France 2, on lui a immédiatement suggéré d’arrêter la série qui marchait le mieux, afin de « marquer la rupture ». L’ego de Baldelli ne déborde pas du cadre de sa mission et il a conservé la série gagnante. Comme il a parié sur les valeurs sûres de RTL en y arrivant. Foin du jeunisme qui avait provoqué, il y a quelques années une polémique lorsque le nouveau dirigeant avait interrompu les Grosses Têtes et licencié Philippe Bouvard : « La population française vieillit. A quoi bon créer des programmes pour une catégorie fictive qui n’existe pas dans ce pays ? Philippe Bouvard est un jeune homme de 80 ans et j’espère qu’il continuera longtemps à animer des émissions avec le même brio et le même succès. »

Cocktail pour tous les goûts
Le succès… Quelle est sa recette pour cette radio généraliste qui, presque 80 ans après sa création, continue d’être leader ? Le fait est que l’audience a augmenté en 2010, après deux années de stagnation, voire de très légère érosion. Au pic d’audience radiophonique (entre 6 et 10 heures), RTL réunit 2 millions d’auditeurs autour de sa matinale. S’il y a des recettes, Christopher Baldelli les garde pour lui. En revanche, il veut bien livrer ses principes. Avant tout, il faut respecter l’auditeur, ce qui passe par une certaine continuité, dans un choix aussi large que possible ET-DE-QUA-LI-TÉ !
RTL est la plus généraliste des radios, avec du sport, de l’info, de la musique, du divertissement… La qualité de l’information, les « grandes et belles signatures » qui la délivrent et qui appartiennent à tout l’échiquier politique (Eric Zemmour, Jean-Michel Aphatie, Alain Duhamel, Serge July) garantissent des analyses de qualité, pas seulement des coups de gueule. RTL a le souci de la pédagogie et le contrat que Christopher Baldelli a passé avec ses auditeurs est celui du pluralisme et de l’indépendance, de l’honnêteté et de la diversité. En matière d’information, loin du « prêt-à-penser », il veut faire appel à l’intelligence de ses auditeurs, pas à leur émotion.

Un portrait de Baldelli paru dans le Nouvel Economiste au moment de sa nomination sur RTL le qualifiait de « loyal, naturel, solide et robuste, … , empathique mais pudique ».
Les Femmes de com’ confirment : loyal, elles n’ont pas la preuve, mais elle ont constaté que tout le reste était en stock chez l’homme de com’ qui les a charmées en faisant appel à leur intelligence (beaucoup) et à leurs émotions (un peu quand même).

Liliane Messika
© Femmes de com’, 10 février 2011.

Rencontre9

(M.RUBICHON- B. CATUSSE-BAZET-V.CONDETTE-ICARE-V.LEVASSEUR- V.TAILLEFER XO-V.TOUPIN/JEFF DE BRUGES-I.MAURIN PLAZA ATHENEE-M.ROUSSELET –I.HOUDAILLE-F.GUILLIER-BERNARD-E.CASSIN
P.YVON-R.ANDRE-P.BODICHON-D.NOUVEL ..)

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour déposer un commentaire.

Christopher Baldelli : l’homme de RTL chez les Femmes de com’

Christopher Baldelli

Christopher Baldelli (©FDC/JP.Pariente)

Guest star de la 9ème réunion FDC, le 8 février 2011, Christopher Baldelli, Président du directoire de RTL s’est présenté aux Femmes de com’ en toute simplicité : un grand patron en costard cravate, mais avec un bras en écharpe.

On en apprend de belles sur Christopher Baldelli …
Une naissance provinciale, des études brillantissimes (hypokhâgne et khâgne à Henri IV, Normale Sup et Sciences Po), un début de carrière dans la fonction publique (administrateur en charge de la presse écrite et audiovisuelle auprès de la commission des finances du Sénat), passage par trois cabinets ministériels (Sarkozy au budget, Douste-Blazy à la culture et Juppé à Matignon) avant de se lancer dans « la vraie vie » (c’est Femmes de com’ qui ironise), autrement dit le secteur privé, guidé non par l’appât du gain mais par le virus des médias, contracté au Sénat.
Du groupe Lagardère où il dirige successivement le secteur PQR (presse quotidienne régionale) de Hachette Filipacchi puis le quotidien La Provence, à France 2, qu’il pilote pendant 7 ans, Christopher Baldelli laisse partout le souvenir d’un homme sérieux mais pas austère, efficace mais humain, posé mais exigeant, pragmatique mais ambitieux et surtout compétent.
Eloigné de France 2 à l’arrivée de Patrick de Carolis, homme de réseaux préférant la confiance aux compétences, Christopher Baldelli entre au groupe M6 dont il régit assez rapidement les chaines thématiques, en même temps qu’il devient PDG de Paris Première. Trois ans plus tard, il est nommé Président du directoire de RTL radios en France.

… mais c’est pas lui qui le dit
De toute cette réussite fulgurante, Christopher Baldelli n’a quasiment rien dit aux Femmes de com’. Tout au plus a-t-il évoqué son passage à la télévision, pour en tirer des conclusions assez originales sur les caractéristiques des différents médias. Seul homme au milieu d’une soixantaine de professionnelles de haut niveau, il a la grâce de ne pas jouer de sa séduction. Il est là pour présenter un point de vue éclairant sur un média vu de l’intérieur et s’il parle avec passion, c’est du dernier de ses bébés, un grand modèle, adopté à l’âge de 78 ans (le bébé, pas Baldelli).
« Le monde de la radio », s’excuse-t-il d’emblée, « est très masculin. Lorsque j’étais à France 2, le conseil d’administration était beaucoup plus féminin. »
Alors il compense, cherchant à rassembler une audience aussi large et aussi diverse que possible. Il se félicite d’avoir « presque atteint la parité : les auditeurs de RTL sont à peine plus nombreux que les auditrices, et ils appartiennent à toutes les classes sociales. Même les CSP+. » CSP+, c’est-à-dire groupes sociaux professionnels supérieurs, ceux qu’on aurait imaginé allergiques aux Grosses têtes.

La voix ne trompe pas
La radio est un média tout à fait particulier avec lequel les auditeurs ont un rapport personnel, très différent de celui qu’ils entretiennent avec la télévision. Chaque personne a « sa » ou « ses » stations préférées, alors que personne ne revendiquerait de ne regarder que telle et telle chaine de télévision. Tout au plus est-on fidèle à une émission. L’analyse de Baldelli tient la route : la télé se regarde collectivement, d’où un choix de programme qui procède de la négociation et du consensus. La radio, à l’inverse, s’écoute plutôt en solitaire (40% de l’écoute se fait en voiture), avec un choix de programme individuel, ce qui explique la fidélité, voire le militantisme des auditeurs. A preuve les courriers : « Une immense majorité des lettres que recevait France 2 relatait l’indignation, le mécontentement, la colère des téléspectateurs et le ton était polémique de la première à la dernière ligne. A RTL, 80% du courrier commence par une déclaration de fidélité avant de passer au sujet principal qui, tout aussi souvent que pour la télévision, est une protestation. »
Pour autant, la radio n’est pas « plus facile » à faire que la télévision. Ce n’est pas la télé sans l’image, c’est un média à part entière, très exigeant de surcroît : quand il y a un silence à la télévision, l’animateur peut le meubler d’un geste, d’une mimique. A la radio, il n’y a pas d’échappatoire. Le silence, s’il est accidentel, met mal à l’aise aussi bien l’animateur que l’auditeur. Et la voix ne trompe pas. C’est un média qui exige un professionnalisme de chaque instant.

RTL, leader qui se porte bien d’un média qui se porte bien
Quand on a proposé à Christopher Baldelli la direction de RTL, de bonnes âmes n’ont pas manqué de lui déconseiller d’accepter : sur un média qui est déjà leader, on ne peut que faire moins bien que ses prédécesseurs, alors à quoi bon ? Il a accepté quand même, il aime les challenges. Bien lui en a pris : « Un leader qui continue à progresser, dans le contexte actuel des médias, c’est rare, mais c’est notre cas ». Il est content de lui, et il a de quoi. Sûr de lui, aussi, mais pas dominateur. « Les ego sont particulièrement enflés dans le monde des médias », observe-t-il. « La plupart des décisions sont prises pour mettre en valeur le décideur et non pour le bénéfice qu’en tirera le média ». Quand il est arrivé sur France 2, on lui a immédiatement suggéré d’arrêter la série qui marchait le mieux, afin de « marquer la rupture ». L’ego de Baldelli ne déborde pas du cadre de sa mission et il a conservé la série gagnante. Comme il a parié sur les valeurs sûres de RTL en y arrivant. Foin du jeunisme qui avait provoqué, il y a quelques années une polémique lorsque le nouveau dirigeant avait interrompu les Grosses Têtes et licencié Philippe Bouvard : « La population française vieillit. A quoi bon créer des programmes pour une catégorie fictive qui n’existe pas dans ce pays ? Philippe Bouvard est un jeune homme de 80 ans et j’espère qu’il continuera longtemps à animer des émissions avec le même brio et le même succès. »

Cocktail pour tous les goûts
Le succès… Quelle est sa recette pour cette radio généraliste qui, presque 80 ans après sa création, continue d’être leader ? Le fait est que l’audience a augmenté en 2010, après deux années de stagnation, voire de très légère érosion. Au pic d’audience radiophonique (entre 6 et 10 heures), RTL réunit 2 millions d’auditeurs autour de sa matinale. S’il y a des recettes, Christopher Baldelli les garde pour lui. En revanche, il veut bien livrer ses principes. Avant tout, il faut respecter l’auditeur, ce qui passe par une certaine continuité, dans un choix aussi large que possible ET-DE-QUA-LI-TÉ !
RTL est la plus généraliste des radios, avec du sport, de l’info, de la musique, du divertissement… La qualité de l’information, les « grandes et belles signatures » qui la délivrent et qui appartiennent à tout l’échiquier politique (Eric Zemmour, Jean-Michel Aphatie, Alain Duhamel, Serge July) garantissent des analyses de qualité, pas seulement des coups de gueule. RTL a le souci de la pédagogie et le contrat que Christopher Baldelli a passé avec ses auditeurs est celui du pluralisme et de l’indépendance, de l’honnêteté et de la diversité. En matière d’information, loin du « prêt-à-penser », il veut faire appel à l’intelligence de ses auditeurs, pas à leur émotion.

Un portrait de Baldelli paru dans le Nouvel Economiste au moment de sa nomination sur RTL le qualifiait de « loyal, naturel, solide et robuste, … , empathique mais pudique ».
Les Femmes de com’ confirment : loyal, elles n’ont pas la preuve, mais elle ont constaté que tout le reste était en stock chez l’homme de com’ qui les a charmées en faisant appel à leur intelligence (beaucoup) et à leurs émotions (un peu quand même).

Liliane Messika
© Femmes de com’, 10 février 2011.

Rencontre9

(M.RUBICHON- B. CATUSSE-BAZET-V.CONDETTE-ICARE-V.LEVASSEUR- V.TAILLEFER XO-V.TOUPIN/JEFF DE BRUGES-I.MAURIN PLAZA ATHENEE-M.ROUSSELET –I.HOUDAILLE-F.GUILLIER-BERNARD-E.CASSIN
P.YVON-R.ANDRE-P.BODICHON-D.NOUVEL ..)

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour déposer un commentaire.

hogan outlet hogan outlet online louboutin soldes louboutin pas cher tn pas cher nike tn pas cher hogan outlet online hogan outlet online hogan outlet online hogan outlet online hogan outlet online hogan outlet online hogan outlet online hogan outlet online louboutin pas cher louboutin pas cher louboutin pas cher louboutin pas cher louboutin pas cher louboutin pas cher louboutin pas cher louboutin pas cher woolrich outlet woolrich outlet pandora outlet pandora outlet