Accueil
 

AuFeminin est l’avenir du web

26 septembre 2011
Marie Laure Sauty de Chalon - Présidente Directrice Générale du groupe AUFEMININ.COM

Marie Laure Sauty de Chalon
Présidente Directrice Générale du groupe AUFEMININ.COM

Ravissante quadra, la Présidente Directrice Générale Marie-Laure Sauty de Chalon est venue présenter son portail, AuFeminin.com aux Femmes de com’ réunies au Plaza Athénée pour leur quatorzième rencontre thématique.

Bio d’une pro
Après Sciences Po’ et une maîtrise de droit public, la jeune diplômée n’avait pas d’idée préconçue sur le choix d’un secteur professionnel.
Elle a commencé tout petit : chez Atlas Eco, une entreprise de 4 salariés où elle « écrivait des articles sous son nom de jeune fille et vendait de la pub en régie sous son nom d’épouse ». Une expérience formatrice qui l’a ensuite, de rencontre en rencontre, conduite à des postes prestigieux : dans la publicité à Libération, la Tribune, le Nouvel Observateur puis France Télévisions avant de créer Carat Interactive.
Nommée Directrice Générale de Consodata North America, elle est arrivée à New York avec sa famille une semaine avant le 11 septembre et a vu la société qui l’avait embauchée perdre 50% de son chiffre d’affaire dans la foulée. A son retour en France, elle a dirigé Aegis Media pour l’Europe du Sud (dont la France) pendant plusieurs années.

Bougeotte et fidélité
Avoir la bougeotte au point de changer d’emploi dès que l’ennui guette n’est pas signe d’instabilité. Au contraire, Marie-Laure Sauty de Chalon se définit comme fidèle : elle précise avoir suivi les professionnels qu’elle estimait d’une entreprise à l’autre.
A peine plus d’un an après avoir été nommée DG d’AuFeminin.com., le 1er portail féminin dans le monde, elle se déclare heureuse de retrouver un monde de femmes : « jusqu’alors, j’avais travaillé comme un homme, ce qui m’avait obligée à masquer ma partie féminine. » La pub a beau être un monde à 70% féminin, les femmes qui le dirigent ne sont que 3%.

Pionnier, responsable, généraliste et gratuit
AuFeminin.com. appartient à 82,25 % au groupe allemand Axel Springer et, s’il est le n° 1 des portails féminins dans le monde, ce n’est pas un hasard, c’est parce qu’il tient sa promesse : « AuFeminin, les femmes s’y sentent bien. »
« Si le web était une maison », explique MLSC, « Facebook serait le barbecue : l’endroit où on socialise et où on se montre, et AuFeminin.com serait la chambre à coucher, la pièce où l’on exprime ses secrets, ses rêves et ses souffrances. » Ce n’est pas un média de flux mais un média de stock, un lieu d’échanges. « Notre métier, c’est d’avoir tout sur tout, des contenus très complets sur des sujets très variés dont le point commun est qu’ils concernent les femmes. »

AuFeminin a toujours pensé différemment
En respectant l’intimité des femmes, en s’occupant d’elles, en les valorisant, en leur facilitant la vie, en les rassemblant, le portail a innové.
Il offre aux femmes des sources d’inspiration et des espaces de conversation, il permet l’épanouissement et l’expression de la féminité sous l’angle de l’apprentissage, du partage et de la découverte et il crée des espaces de confiance, d’influence et d’expertise au sein desquels les femmes s’inspirent, s’impliquent et s’engagent.

Les femmes, LA femme et des signatures
Marie-Laure Sauvy de Chalon a choisi des grandes pointures illustrant les deux valeurs qui lui sont le plus chères, la parité et la diversité, pour diriger les différentes rubriques d’AuFeminin.com : Anita Hausser pour la politique, Elyette Abecassis pour la psycho, Nathalie Rykiel pour la mode, Elisabeth Tchoungui et Anastasie Tudieshe pour la rubrique société, Gaelle Renard pour la maternité, Mazarine Pingeot pour la culture. Il y a même deux hommes (AuFeminin n’est pas sectaire !) : Jean-Claude Jitrois pour la mode et Olivier Duhamel pour l’histoire.

L’influence des femmes sous toutes ses formes
C’est ce qu’AuFeminin.com a pour vocation d’explorer : d’abord les femmes, des communautés de femmes engagées et actives réunies autour d’un site, d’une bloggeuse et/ou d’un thème, puis les journalistes, ces signatures qui sont avant tout l’engagement dans un positionnement, un ton et une ligne éditoriale, mais également des milliers de bloggueuses expertes et influentes et/ou créatives et engagées et enfin les experts, pas ceux de la série télévisée, mais des médecins, des psychologues, des sociologues, des juristes au service des internautes.
Sans oublier les expériences offline, sous forme de partenariats ou d’événements : les Mompreneurs, le Prix littéraire, le salon Kidexpo, les Femmes en Or…

Online ou offline, il s’agit d’élever la voix des femmes
Les douze travaux d’AuFeminin sont une plateforme de réflexion sur tous les chantiers qui concernent les femmes : le pouvoir d’achat, la garde des enfants, la dépendance, le viol… Une fois le document complété, il sera présenté à tous les candidats à l’élection présidentielle de 2012.
La voix des femmes s’élève aussi à travers l’engagement : pour un hôpital israélien qui opère des enfants palestiniens atteints de malformations cardiaques, pour des écoles à Madagascar, pour une pétition contre le viol…

Une galaxie de plus de 60 étoiles sur tous les canaux
13 millions et demi d’internautes françaises échangent 68 millions et demi de messages chaque mois par l’intermédiaire des 60 titres : Joyce, 24hOO, Buybuy, Marmiton…
Si AuFeminin.com est le 16ème site sur le web, il est le 10ème sur les téléphones mobiles. La plateforme digitale est impressionnante : 158 000 applis AuFeminin iPhone téléchargées contre plus d’1million d’applis Marmiton sur iPhone et 103 000 sur Androïd, 13 600 applis Windows phone 7 téléchargées. Et puis les tablettes, alouette, gentille alouette…

Faire les choses comme il faut, même si c’est à l’envers
Vu le succès obtenu par Marmiton, MLSC a eu envie de le diffuser aussi sur papier. Du papier recyclé : on a des valeurs ! Un chef étoilé y interprète les recettes des internautes. Une fois que le business model a été établi sur la perspective d’une perte (le Landernau de la communication avait suffisamment insisté sur l’impossibilité de réussir dans le print pour que le business plan en tienne compte), le premier numéro a été vendu presque au double des estimations : 110 000 exemplaires. Le second « n’a fait » que 80 000, mais le troisième a dépassé le numéro 1. Pour Noël, Marie-Laure Sauvy de Chalon a demandé au Père Noël de lui en faire vendre 150 000.

Une ombrelle qui couvre 8 pays… pour l’instant
Avec une présence en Espagne, en Italie, au Royaume uni, en Allemagne, en Belgique, en Suisse, en Pologne, au Canada, au Maroc et en Tunisie, le groupe rassemble, chaque mois, près de 40 millions d’internautes.
Il est la première communauté de femmes au Canada, au Maroc et en Tunisie. Du coup, la France ne représente plus que 50% de son chiffre d’affaires.
Cela ne l’empêche pas d’être le site préféré de 21,5% des femmes dans la catégorie « Féminins » (le deuxième est Doctissimo, avec 12,3%) et de 39% d’entre elles dans la catégorie « Cuisine ». Derrière Marmiton, dans cette catégorie, CuisineAZ ne recueille que 8,4% des suffrages.
Mais la stratégie de croissance du groupe, c’est vers le monde anglo-saxon qu’elle s’oriente. Dans cette optique, l’acquisition de Netmums, un site sous-titré « la véritable révolution parentale » est une première pierre.

Le 1er observatoire des valeurs en collaboration avec Ipsos
En mars 2011, AuFeminin a publié les résultats d’une étude internationale menée sur 8 pays pour comprendre les différences de valeurs et de comportements entre hommes et femmes. La conclusion tient en une phrase : les femmes influencent les femmes qui influencent les hommes ! En effet, quand on demande aux femmes qui elles consultent avant de faire un achat, les copines viennent en premier (45%). Chez les hommes, c’est la conjointe : 77% ! Et, à part en Italie, l’immense majorité des hommes comme des femmes estime que c’est la femme qui a le dernier mot en cas de conflit sur un achat.
De quoi revoir toutes les cibles de toutes les campagnes de tous les annonceurs !

Un laboratoire de recherche sur le marketing des femmes
Pour approfondir son expertise en matière d’études de marché sexuées, AuFeminin a lancé un blog pour les spécialistes du marketing : Womenology. La surprise, c’est qu’il séduit aussi les particuliers ! On y apprend que les hommes achètent avec leurs yeux, alors que les femmes choisissent avec les oreilles

AuFeminin est gratuit. D’où viennent ses recettes ?
On ne parle pas des recettes diffusées par Marmiton, mais des rentrées d’argent. Elles proviennent d’entreprises : création d’espaces marques (du publi-reportage classique jusqu’à une plateforme d’échanges avec contribution d’internautes et d’influenceurs, en passant par un espace dédié) ou de contenu (photo avec des diaporama et des séries photo et vidéo, éditorial avec des rubriques, des dossiers, des articles et/ou des news,
créatif avec de l’habillage de page, des formats pub et des espaces marques) et de la création d’événements on et offline (chats avec des experts, tables rondes avec coach, tests & témoignages avec influenceurs, journées portes ouvertes pour les internautes, jeux concours pour gagner des produits…)
La panoplie d’AuFeminin comprend aussi des contributions à l’influence (posts sur l’espace marque des influenceurs, billets sponsorisés sur leurs blogs, témoignages des Forumeuses…), des opérations paneuropéennes avec une régie implantée dans 8 pays européens mais gérée depuis la France, de la résonnance média (pages fan Facebook, billets sponsorisés et non sponsorisés sur les blogs partenaires, remontées en référencement naturel sur les moteurs de recherche) et des études avec la mise en place de grandes enquêtes quali ou quanti online.

La parité inversée
AuFeminin.com, c’est 210 collaborateurs, dont 60% de collaboratrices, avec un tiers d’ingénieurs (plutôt au masculin), un tiers de producteurs de contenu (journalistes) et un tiers de régisseurs de publicité, ces deux dernières catégories plutôt féminines.
Quant au comité exécutif, c’est 50/50.

AuFeminin.com est coté en bourse. En 2009, le groupe avait réalisé un chiffre d’affaires de 28,8 millions d’euros en croissance de 17 % malgré la crise publicitaire sur Internet. En revanche, le résultat net a baissé de 12 %, à 5,6 millions d’euros. En 2010, le chiffre d’affaires a rebondi de 35 % et le résultat net de 97 %. L’avenir sent les lendemains qui blogguent !

Liliane Messika
© Femmes de com’

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour déposer un commentaire.

AuFeminin est l’avenir du web

Marie Laure Sauty de Chalon - Présidente Directrice Générale du groupe AUFEMININ.COM

Marie Laure Sauty de Chalon
Présidente Directrice Générale du groupe AUFEMININ.COM

Ravissante quadra, la Présidente Directrice Générale Marie-Laure Sauty de Chalon est venue présenter son portail, AuFeminin.com aux Femmes de com’ réunies au Plaza Athénée pour leur quatorzième rencontre thématique.

Bio d’une pro
Après Sciences Po’ et une maîtrise de droit public, la jeune diplômée n’avait pas d’idée préconçue sur le choix d’un secteur professionnel.
Elle a commencé tout petit : chez Atlas Eco, une entreprise de 4 salariés où elle « écrivait des articles sous son nom de jeune fille et vendait de la pub en régie sous son nom d’épouse ». Une expérience formatrice qui l’a ensuite, de rencontre en rencontre, conduite à des postes prestigieux : dans la publicité à Libération, la Tribune, le Nouvel Observateur puis France Télévisions avant de créer Carat Interactive.
Nommée Directrice Générale de Consodata North America, elle est arrivée à New York avec sa famille une semaine avant le 11 septembre et a vu la société qui l’avait embauchée perdre 50% de son chiffre d’affaire dans la foulée. A son retour en France, elle a dirigé Aegis Media pour l’Europe du Sud (dont la France) pendant plusieurs années.

Bougeotte et fidélité
Avoir la bougeotte au point de changer d’emploi dès que l’ennui guette n’est pas signe d’instabilité. Au contraire, Marie-Laure Sauty de Chalon se définit comme fidèle : elle précise avoir suivi les professionnels qu’elle estimait d’une entreprise à l’autre.
A peine plus d’un an après avoir été nommée DG d’AuFeminin.com., le 1er portail féminin dans le monde, elle se déclare heureuse de retrouver un monde de femmes : « jusqu’alors, j’avais travaillé comme un homme, ce qui m’avait obligée à masquer ma partie féminine. » La pub a beau être un monde à 70% féminin, les femmes qui le dirigent ne sont que 3%.

Pionnier, responsable, généraliste et gratuit
AuFeminin.com. appartient à 82,25 % au groupe allemand Axel Springer et, s’il est le n° 1 des portails féminins dans le monde, ce n’est pas un hasard, c’est parce qu’il tient sa promesse : « AuFeminin, les femmes s’y sentent bien. »
« Si le web était une maison », explique MLSC, « Facebook serait le barbecue : l’endroit où on socialise et où on se montre, et AuFeminin.com serait la chambre à coucher, la pièce où l’on exprime ses secrets, ses rêves et ses souffrances. » Ce n’est pas un média de flux mais un média de stock, un lieu d’échanges. « Notre métier, c’est d’avoir tout sur tout, des contenus très complets sur des sujets très variés dont le point commun est qu’ils concernent les femmes. »

AuFeminin a toujours pensé différemment
En respectant l’intimité des femmes, en s’occupant d’elles, en les valorisant, en leur facilitant la vie, en les rassemblant, le portail a innové.
Il offre aux femmes des sources d’inspiration et des espaces de conversation, il permet l’épanouissement et l’expression de la féminité sous l’angle de l’apprentissage, du partage et de la découverte et il crée des espaces de confiance, d’influence et d’expertise au sein desquels les femmes s’inspirent, s’impliquent et s’engagent.

Les femmes, LA femme et des signatures
Marie-Laure Sauvy de Chalon a choisi des grandes pointures illustrant les deux valeurs qui lui sont le plus chères, la parité et la diversité, pour diriger les différentes rubriques d’AuFeminin.com : Anita Hausser pour la politique, Elyette Abecassis pour la psycho, Nathalie Rykiel pour la mode, Elisabeth Tchoungui et Anastasie Tudieshe pour la rubrique société, Gaelle Renard pour la maternité, Mazarine Pingeot pour la culture. Il y a même deux hommes (AuFeminin n’est pas sectaire !) : Jean-Claude Jitrois pour la mode et Olivier Duhamel pour l’histoire.

L’influence des femmes sous toutes ses formes
C’est ce qu’AuFeminin.com a pour vocation d’explorer : d’abord les femmes, des communautés de femmes engagées et actives réunies autour d’un site, d’une bloggeuse et/ou d’un thème, puis les journalistes, ces signatures qui sont avant tout l’engagement dans un positionnement, un ton et une ligne éditoriale, mais également des milliers de bloggueuses expertes et influentes et/ou créatives et engagées et enfin les experts, pas ceux de la série télévisée, mais des médecins, des psychologues, des sociologues, des juristes au service des internautes.
Sans oublier les expériences offline, sous forme de partenariats ou d’événements : les Mompreneurs, le Prix littéraire, le salon Kidexpo, les Femmes en Or…

Online ou offline, il s’agit d’élever la voix des femmes
Les douze travaux d’AuFeminin sont une plateforme de réflexion sur tous les chantiers qui concernent les femmes : le pouvoir d’achat, la garde des enfants, la dépendance, le viol… Une fois le document complété, il sera présenté à tous les candidats à l’élection présidentielle de 2012.
La voix des femmes s’élève aussi à travers l’engagement : pour un hôpital israélien qui opère des enfants palestiniens atteints de malformations cardiaques, pour des écoles à Madagascar, pour une pétition contre le viol…

Une galaxie de plus de 60 étoiles sur tous les canaux
13 millions et demi d’internautes françaises échangent 68 millions et demi de messages chaque mois par l’intermédiaire des 60 titres : Joyce, 24hOO, Buybuy, Marmiton…
Si AuFeminin.com est le 16ème site sur le web, il est le 10ème sur les téléphones mobiles. La plateforme digitale est impressionnante : 158 000 applis AuFeminin iPhone téléchargées contre plus d’1million d’applis Marmiton sur iPhone et 103 000 sur Androïd, 13 600 applis Windows phone 7 téléchargées. Et puis les tablettes, alouette, gentille alouette…

Faire les choses comme il faut, même si c’est à l’envers
Vu le succès obtenu par Marmiton, MLSC a eu envie de le diffuser aussi sur papier. Du papier recyclé : on a des valeurs ! Un chef étoilé y interprète les recettes des internautes. Une fois que le business model a été établi sur la perspective d’une perte (le Landernau de la communication avait suffisamment insisté sur l’impossibilité de réussir dans le print pour que le business plan en tienne compte), le premier numéro a été vendu presque au double des estimations : 110 000 exemplaires. Le second « n’a fait » que 80 000, mais le troisième a dépassé le numéro 1. Pour Noël, Marie-Laure Sauvy de Chalon a demandé au Père Noël de lui en faire vendre 150 000.

Une ombrelle qui couvre 8 pays… pour l’instant
Avec une présence en Espagne, en Italie, au Royaume uni, en Allemagne, en Belgique, en Suisse, en Pologne, au Canada, au Maroc et en Tunisie, le groupe rassemble, chaque mois, près de 40 millions d’internautes.
Il est la première communauté de femmes au Canada, au Maroc et en Tunisie. Du coup, la France ne représente plus que 50% de son chiffre d’affaires.
Cela ne l’empêche pas d’être le site préféré de 21,5% des femmes dans la catégorie « Féminins » (le deuxième est Doctissimo, avec 12,3%) et de 39% d’entre elles dans la catégorie « Cuisine ». Derrière Marmiton, dans cette catégorie, CuisineAZ ne recueille que 8,4% des suffrages.
Mais la stratégie de croissance du groupe, c’est vers le monde anglo-saxon qu’elle s’oriente. Dans cette optique, l’acquisition de Netmums, un site sous-titré « la véritable révolution parentale » est une première pierre.

Le 1er observatoire des valeurs en collaboration avec Ipsos
En mars 2011, AuFeminin a publié les résultats d’une étude internationale menée sur 8 pays pour comprendre les différences de valeurs et de comportements entre hommes et femmes. La conclusion tient en une phrase : les femmes influencent les femmes qui influencent les hommes ! En effet, quand on demande aux femmes qui elles consultent avant de faire un achat, les copines viennent en premier (45%). Chez les hommes, c’est la conjointe : 77% ! Et, à part en Italie, l’immense majorité des hommes comme des femmes estime que c’est la femme qui a le dernier mot en cas de conflit sur un achat.
De quoi revoir toutes les cibles de toutes les campagnes de tous les annonceurs !

Un laboratoire de recherche sur le marketing des femmes
Pour approfondir son expertise en matière d’études de marché sexuées, AuFeminin a lancé un blog pour les spécialistes du marketing : Womenology. La surprise, c’est qu’il séduit aussi les particuliers ! On y apprend que les hommes achètent avec leurs yeux, alors que les femmes choisissent avec les oreilles

AuFeminin est gratuit. D’où viennent ses recettes ?
On ne parle pas des recettes diffusées par Marmiton, mais des rentrées d’argent. Elles proviennent d’entreprises : création d’espaces marques (du publi-reportage classique jusqu’à une plateforme d’échanges avec contribution d’internautes et d’influenceurs, en passant par un espace dédié) ou de contenu (photo avec des diaporama et des séries photo et vidéo, éditorial avec des rubriques, des dossiers, des articles et/ou des news,
créatif avec de l’habillage de page, des formats pub et des espaces marques) et de la création d’événements on et offline (chats avec des experts, tables rondes avec coach, tests & témoignages avec influenceurs, journées portes ouvertes pour les internautes, jeux concours pour gagner des produits…)
La panoplie d’AuFeminin comprend aussi des contributions à l’influence (posts sur l’espace marque des influenceurs, billets sponsorisés sur leurs blogs, témoignages des Forumeuses…), des opérations paneuropéennes avec une régie implantée dans 8 pays européens mais gérée depuis la France, de la résonnance média (pages fan Facebook, billets sponsorisés et non sponsorisés sur les blogs partenaires, remontées en référencement naturel sur les moteurs de recherche) et des études avec la mise en place de grandes enquêtes quali ou quanti online.

La parité inversée
AuFeminin.com, c’est 210 collaborateurs, dont 60% de collaboratrices, avec un tiers d’ingénieurs (plutôt au masculin), un tiers de producteurs de contenu (journalistes) et un tiers de régisseurs de publicité, ces deux dernières catégories plutôt féminines.
Quant au comité exécutif, c’est 50/50.

AuFeminin.com est coté en bourse. En 2009, le groupe avait réalisé un chiffre d’affaires de 28,8 millions d’euros en croissance de 17 % malgré la crise publicitaire sur Internet. En revanche, le résultat net a baissé de 12 %, à 5,6 millions d’euros. En 2010, le chiffre d’affaires a rebondi de 35 % et le résultat net de 97 %. L’avenir sent les lendemains qui blogguent !

Liliane Messika
© Femmes de com’

Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour déposer un commentaire.

hogan outlet hogan outlet online louboutin soldes louboutin pas cher tn pas cher nike tn pas cher hogan outlet online hogan outlet online hogan outlet online hogan outlet online hogan outlet online hogan outlet online hogan outlet online hogan outlet online louboutin pas cher louboutin pas cher louboutin pas cher louboutin pas cher louboutin pas cher louboutin pas cher louboutin pas cher louboutin pas cher woolrich outlet woolrich outlet pandora outlet pandora outlet